OIS AFRIQUE existe depuis le 18 Octobre 2001. Elle est née de la volonté de certains juristes, communicateurs et économistes afin de contribuer à la promotion et au respect des droits humains d’une part, lutter contre les discriminations et inégalités de tous genres, vulgariser l’information sur les dispositions légales prévues par le législateur ivoirien dans différents domaines  d’autre part,  et enfin apporter une assistance multiforme aux groupes vulnérables. Le déclenchement de la crise ivoirienne, en septembre 2002, et le constat fait de la perpétration de nombreux cas de violences, l’a conduite à orienter davantage ses actions en direction des victimes des différentes catégories de violence qui ne bénéficiaient véritablement pas d’assistance adéquate. C’est ainsi qu’elle a entamé une collaboration, informelle, avec MSF en lui référant les quelques victimes, à qui elle a accès, pour une prise en charge médicale. Une étude régionale de la situation des cas de violence sur les femmes et les enfant avec l’ONG Save the Children en 2005 lui a permis de révéler la gravité de la situation et de bénéficier plus tard de partenariats, d’abord avec Save the Children, ensuite avec l’UNICEF, puis l’UNFPA, Ce qui lui a value de renforcer son volet de la prise en charge, au départ médicale et psychosociale, aujourd’hui  beaucoup plus complète : médicale, psychosociale, économique, juridique et judiciaire dont le volet économique a été financé par le PNUD et l’UNFPA à travers des AGR. Ainsi depuis près de 12 ans OIS Afrique facilite l’offre d’une prise en charge holistique, qui se fait dans un circuit de prise en charge, en étroite collaboration avec les structures de l’Etat notamment les Centres sociaux et les complexe sociaux éducatifs. Par ailleurs, elle continue de traiter de toutes les questions relatives aux groupes vulnérables, entre autre les mutilations génitales féminines, l’appui à la réinsertion socioéconomique et communautaire dont elle en fait une priorité programmatique. Cet engagement s’est traduit par l’organisation, en 2009, d’une cérémonie de renonciation publique à la pratique de l’excision et inédite (dépôt de couteaux) par des ex exciseuses dans une sous-préfecture entière de Marandallah (Mankono) en présence de madame la Ministre de la famille, de la femme et de l’enfant des agences des nations unies et des medias internationaux. Durant ces années 700 femmes et filles ont eu accès aux activités génératrices de revenus. Aujourd’hui, OIS Afrique reste un partenaire privilégié de l’Unicef, de l’UNFPA, du PNUD et viens de signer un partenariat avec ONUFEMME en matière de protection des personnes vulnérables (enfants jeunes et femmes) exposées à la violence basée sur le genre. Nous osons espérer avoir un autre partenariat avec une autre Organisation dans le domaine de l’autonomisation et la participation de la femme afin de développer d’avantage le volet de l’appui de l’insertion ou à la réinsertion socio-économique, à l’autonomisation des femmes et/ou à leurs participation dans toutes les étapes de la vie communautaire.